“Si tu vas avec peur, tu ne te mets pas”

 
Mario Rasines -Subcampeón de España de Surf- 
09/09/2020 / Mario Rasines -Subcampeón de l'Espagne de Surf- 
Texte: Javi González  Photos: ESPL

Le passé samedi s'a proclamé Subcampeón de l'Espagne de Surf Sub-16 en Valdoviño. Un fermoir mérité à une saison dans laquelle a toujours été dans la lutte par les premiers posts. La prochaine saison Mario Rasines (Laredo, 2004), de l'École de Surf Pins Laredo (ESPL) sera un des rookies dans la catégorie Sub-18. Et il se mesurera avec des rivaux de majeure expérience. Un défi qui affronte avec illusion et discipline, disposé à se suivre en laissant la peau en oun sport qui lui passionne et pour lequel est disposé à se sacrifier comme vient en faisant depuis que à peine savait marcher. Un spectacle sur les vagues.

Subcampeón  de l'Espagne Sub 16 en Valdoviño. Comment Il a été la compétition?
Il a été un jour de vagues très bon. Il a eu que passer deux manches, chambres de fin et demi-finales, et en toutes les deux je suis resté d'abord, en surfant très bien. Après, en la finale, nous étions un asturien, Noah Hetch, un autre de Cantabria, Jacobo Blé, le basque Kai Odriozola, et je.  Jacobo Et Kai sont les rivaux à battre dans la catégorie. En la finale j'ai commencé j'avec la première vague, et j'ai arraché bien, avec un 7.5, qu'est vague bonne. Mais celui qui a gagné, Kai, a commencé avec un 9. Et alors ici j'il savait qu'il précisait surfer très bien pour gagner la finale. Je m'ai mis d'abord et j'ai été presque toute la finale premier, mais les derniers quatre minutes il s'a fait une olilla normale, qu'était ce que il précisait, et il s'est imposé, parce qu'avec le 9 était très difficile lui surpasser,  il était compliqué qu'il ne gagnât pas. Cela soi. Il a été une finale très bonne.

Comment Il a été la saison?
Ils se sont suspendu beaucoup de preuves. À la fin je crois que cet an je vais concourir trois fois. Le circuit européen Junior s'est suspendu entier. Et toutes les preuves de circuits nationaux se sont aussi suspendu. Ils se sont seulement maintenu le Championnat de l'Espagne et une paire d'endroits plus. 

Qu'est-ce que il te reste par devant? Européen? Mondial?
il ne va pas y avoir européen. Et encore il ne s'est pas suspendu le Mondial, mais la sélection n'a pas en esprit que s'aille à faire. Il toucherait à Californie. Le subcampeonato de cet an à la fin ne me va pas à servir de rien, competitivamente en parlant, parce que l'an qui vient je vais passer de catégorie. Je serai sub-18 et devrai revenir à pelear par me faire un endroit dans la sélection. 

Quels noms sonnent dans cette nouvelle catégorie?
Nous avons au de Cantabria Néstor García,  fils de Dani García, un des meilleurs surfeurs qu'a donné la Cantabrie. il après est le canari Moisés Domínguez, qu'est celui qui est resté champion de l'Espagne en Valdoviño cet an. Et après le basque Adour Amatriain, fils d'Ibón, qu'est allé le premier surfeur de vagues grandes qu'il a avoir en Espagne. Et nous ici arriverons Jacobo et je.

Voyageons vers derrière. Quand Tu as commencé à surfer?
J'ai commencé à surfer avec trois ans, avec mon père. Il était en train de voir des vidéos de surf dans l'ordinateur, je m'ai rapproché et il m'a plu ce que il voyait. Il voulait essayer et le jour de mon anniversaire ils m'ont offerts une table et nous descendons à la plage, face à maison. J'ai essayé et il m'a plu.

Il t'a attrapé
Soi. En plus je crois que j'ai presque appris à patiner plutôt que à marcher, il toujours était avec le skate. Par ce que déjà avait vrai équilibre. Je fus en train de descendre beaucoup à l'eau par mon compte. Et déjà lorsqu'il avait quelques sept ans, je m'ai mis un peu de plus dans le monde à travers Atlantic Surf Shop, avec Braulio Salcines. Avec il j'ai corrigé quelques choses, parce que j'il me mettait très mauvais de pied, et il a été le premier que nous corrigeons. Après quelques ans, l'École Surf Pins Laredo il a contacté avec nous et il nous a offert l'aide que nous avons actuellement, autant matérielle comme économique. 



Quel rythme d'entraînements tu portes?
je n'ai pas un horaire déterminé. Il va un peu d'en fonction des vagues. Surfer, j'ai l'habitude de surfer tous les jours. Et d'heure et moyenne n'a l'habitude de pas descendre la séance. Bien que il y a des jours dans lesquels je mets beaucoup de plus heures. Toujours en plus en me mouvant d'un endroit à autrui. Parce que, de repente à Laredo n'y a pas des vagues ou il n'y a pas bon vent et je me dois décaler jusqu'au Brusco, à l'île de Sainte Marine…. Ou à des endroits plus loin.

Qui est-ce qui il se charge de ta préparation?
je maintenant ai deux entraîneurs. Un est Ricardo Bilbao, responsable de la Fédération De Cantabria de Surf, qu'est avec qui nous faisons tecnificación. Et après mon autre entraîneur est Aritza Saratxaga, directeur technique de l'École de Sopelana. Je porte déjà cinq ans en entraînant avec il et il est avec qui plus heures j'ai mis et celui qui m'a plus enseigné. 

Quel est ton spot préféré?
Si il me dût rester avec un, choisirait la plage d'Helgueras -Le Brusco- à Noja.  Il est ma favorite. Il est la plage en sable référence en Espagne, comme la meilleure qu'y a, et je la ai à vingt minutes de maison. Il est parfait. Chaque fois qu'il casse la vague je suis là. 

Quand Tu as commencé à concourir?
Mon premier championnat a été en Somo, un régional de la Cantabrie. J'il avait 8 ans, il était sub 10. Il faisait très mauvais jour, vent… Ne se m'a pas donné bien, presque il ne savait pas ni ce que faisait. À partir d'ici, à l'an suivant a déjà changé assez ma forme de surfer, j'ai amélioré assez et j'ai commencé à accourir à un championnat en Asturies ainsi que à tout le circuit de Cantabria, et il a été lorsqu'il a commencé la compétition de vérité pour moi.

Raconte-moi le palmarès
J'ai été Champion de la Cantabrie trois ans suivis, 2016, 2017 et 2018. J'ai après eu une paire de résultats bons dans l'Européen de sub-18. 13 de l'Europe dans un Championnat du Circuit. L'an passé ai été 4º dans le Championnat de l'Espagne. Et cet an j'ai été Subcampeón.

Tu es dans la Ligue Européenne Junior. Cela implique  des voyages
ils normalement sont deux championnats en Portugal qu'ils cadrent avec la Semaine Sainte,  d'abord en Spinho et après en Caparica. il après y a autres deux preuves en France. Une est en La Torche, dans la zone de la Bretagne.  Et déjà en été ils ont l'habitude de faire autrui en Hossegor, en les Landes. Le plus proche serait le de Sopelana. En total ils ont l'habitude d'être 4-5 preuves à l'an, et il est où plus niveau y a et où il est le meilleur du panorama européen sub-18. 

Parle-moi de ton style comme surfer
Mon point fort surtout en compétition est ma backside, qu'est lorsque tu vas de dos à la vague. j'ici surfe beaucoup plus fort, et il est lorsque plus danger je peux avoir. La manoeuvre que plus me plaît faire dans les compétitions il est le carving:il s'exécute dans les vagues que ne te donnent pas pour faire virements verticaux, et sont des virements que si tu les fais tu bien les asseyes beaucoup de ,parce que courtes beaucoup l'eau, et ils te donnent beaucoup de satisfaction et motivation. La sensation de finir et l'avoir fait bien, sabes que te vont à donner une ponctuation grande

Dans l'image de couverture nous te voyons en faisant un tuyau. il ne te donne pas peur?
Le tuyau est ma manoeuvre favorite, mais par malheur ne se peut pas faire en beaucoup de  championnats, parce qu'il n'y a pas ces vagues. Il y a fois dans lesquelles tu vas avec plus de respect qu'une autre chose, parce que si tu vas avec peur, ni tu te mets. Presque ni tu le penses, tu vas direct j'enfonce. Si tu te tombes, oui notes qu'il t'a un moment sous l'eau en te donnant tours. tu parfois le passes mal, mais il mérite la peine (il rit).

Ces instants… combien durent?
Dans les vagues que nous prenons habituellement tu non plus as l'habitude d'être plus de 7-8 secondes sous l'eau, mais se te font très longs. Tout le monde est capable de prendre air et être huit secondes sans respirer en dehors de l'eau. Mais cuando es il en dessous est très différent, tu asseyes beaucoup d'accablement et il se te fait beaucoup plus long. À la fin tu sais qu'un jour ou autrui tu te vas à tomber, mais il est part du jeu. Comme a l'habitude de se dire, il y a que payer pour gagner. il ne reste pas autrui,  tu dois résister. 



Qu'est-ce que surfer est ton idole?
Depuis toujours, le surfeur à celui que j'ai plus admiré et à celui que je me suis essayé sembler il plus est Gabriel Médine, un brésilien que lève beaucoup de polémiques par comment il concourt. Il est très agressif, toujours va très à la limite. Et il est à celui que je plus essaie copier, autant en compétition comme en surfant. Il est mon surfeur favori.

Tu lui es arrivé à voir en direct?
Oui, diverse fois. En plus, temps derrière, lorsque je il avait 11 ans, dans un voyage à la France avec motif d'une preuve du Mondial, nous entrons à la boutique de Rip Curl et il était là en signant autógrafos. Encore il n'était pas tellement connu comme l'est maintenant, la boutique était presque vide et il s'a levé et il s'a fait une photo avec moi. Bien sûr, je la ai gardée. 

Qu'est-ce que tel il est la cohabitation dans l'eau? Il y a des frôlements locaux-foráneos?
Il dépend un peu de la plage, et les situations. Mais oui que dans chaque plage a l'habitude d'y avoir divers locals, et à la fin ils sont, par le dire de quelque façon, ceux qui ils commandent. Bien que la plage est de tous, ils son à ceux que plus respect il y a qu'avoir. tu pareil leur sautes une vague et tu te peux mettre dans une confusion. Il dépend le radicaux que soient, quelqu'uns se passent assez. 

Le fait d'être tellement jeune… est un désavantage?
J'ai la chance de que déjà je ne suis pas tellement petit, j'ai grandi et ils me respectent plus. Aussi au voir que je surfe bien, je me gagne ce respect. Autant par respecter aux locals, comme par aller à des vagues qu'autrui ne s'atreven, par crainte à se tomber. tu ici te gagnes le respect des gens. 

Tu te vois avec des options d'arriver à professionnelle?
Mon rêve est me consacrer au surf, je veux habiter du surf. Depuis petit j'ai toujours été ici, entre les meilleurs. La chose est que le saut de sub-18 à Open est un changement très grand, les premiers ans ont l'habitude d'être durs, parce que tu viens d'être accoutumé à être en les finales, et de repente te vont à jeter en deuxième ronde. Il y a qu'avoir soin pour que ta tête ne se rendez pas parce que tu sois en train de perdre et tu ne sois pas accoutumé à cela, est un changement un peu de difficile.

Mais sans descuidar les études. Vers où tu vises?
je ne l'ai pas clair du tout, mais oui que j'ai clair que, si je m'ai de consacrer à quelque chose, va être à quelque chose dirigé avec le sport, soyez le surf ou autres sports. Je préfère cela à devoir être dans un bureau, ou en faisant n'importe quoi. Mais je l'ai non plus pensé sérieusement encore. Maintenant étude en l'IES Source Fresnedo. Je sais que les études sont importantes. Et en maison je déjà sais que, sinon il y a des études, il n'y a pas surf.

Comment Tu es dedans et en dehors de l'eau?
Il dépend des situations et des vagues. Mais lorsqu'il y a des vagues bonnes il n'a pas rien à voir le Mario de dehors avec le de dedans. Simplement, le jour de vagues bonnes je déjà suis en la duna en regardant et suis en train de penser en aller à l'eau, et une fois là, je suis très actif, je veux prendre beaucoup de vagues. Changement assez de dehors à dedans. Je peux être il fût tout tranquille et de repente, déjà dedans, suis comme une bombe, que se meut pour tous les côtés et il est en tous les endroits. Je dehors suis plutôt calmé. Mais dedans, en sachant que j'ai niveau, je toujours veux aller à par plus, et prendre la vague la plus grande, et il y a fois qu'il se te va et tu finis en dessous de l'eau, mais bon. Il est ce que il a risquer.

Dans ce monde les soutiens sont importants. Quels sont les à toi?
J'ai assez de la chance, parce que le thème de tables  je l'ai couvert par une entreprise de Santander que s'appelle Full & Cas, que me portent en soutenant longtemps, depuis qu'il avait neuf ans. Et moins mauvais, parce que sinon, devoir payer les tables il serait assez difficile, parce qu'ils sont assez chères et au bout de l'an je précise quinze tables comme minime.

Qu'est-ce que tu dis!
 Oui, soi. Par exemple, cet an je suis parti sept tables. Ou de repente se me restent petites. Je dois changer de tables constamment. Une table te dure un mois, parce que d'autant surfer je la finis presque en éclatant. 

(...)
il après est l'ÉcoleSurf Pins de Laredo, où ils m'aident dans le thème économique, et aussi avec matériel (inventions, parafina….). Ils se portent très bien avec moi. Et il après est la boutique 44 Board Shop, qu'est majoritairement online, mais ont un bureau à Laredo, et ils me donnent une robe d'hiver et une robe d'été chaque saison. Il est une grande aide. 

Tu es un ambassadeur de Laredo
Pour moi aller à des championnats, il soit ici en Cantabrie, en Galice ou même dehors, et que de repente me nomment et citez que je viens de Laredo, pour moi est un orgueil. Il me plaît qu'ils disent Mario Rasines et que les gens sachez que je viens de mon village, grâce à celui que je suis ici, par les gens qu'il m'a été en aidant, et par le groupe d'amis que surfe ici. J'ai quelques supporters derrière que, gagnez ou il perde, il toujours m'est en poussant, en animant et en motivant pour qu'il suive. 

Qu'est-ce que autres promesses nous avons ici?
Il est Ángela Ayesa, que fait une paire d'ans il a été championne de l'Espagne, maintenant il déjà est en catégorie Open. Il est très bonne. Et après, entre les garçons, il y a un qu'il a maintenant treize ans, il s'appelle Lucas Gómez, cet hiver a été en entraînant beaucoup d'et il a donné un grand saut, il a beaucoup amélioré et il vient avec force. 

Il commande un message final
Je veux réitérer la reconnaissance à mes sponsors, parce que sans ils tout ceci il serait assez plus difficile. Aussi à mes pères, parce que sans ils oui qu'il est impossible. Ils sont ceux qui ils font le majeur effort économique, outre me porter aux plages, et sans ils serait impossible. Et finalement à mes amis, que me motivent,  ils viennent avec moi à surfer et ils sont avec moi dans l'eau et je me le passe beaucoup mieux. En général grâce aux gens que me soutient et qu'il toujours est ici pour m'animer dans les moments mauvais. 

 
Partager:  Compartir en FacebookCompartir en TwitterCompartir por correoCompartir en PinterestCompartir en Whatsapp

Boutiques, services et
Commerces Soulignés

Achat à Laredo, aujourd'hui plus que jamais, commerce de proximité
Cargando
Organizamos todo tipo de eventos
Nous organisons tout type de...
Nous organisons tout type d'événements
Voir promo
Voir promo
Las mejores marcas en moda
Les meilleures marques en mode
Les meilleures marques en mode
Voir promo
Voir promo
Sólo vendemos inmuebles en exclusiva
nous seulement vendons des immeubles en...
nous seulement vendons des immeubles en exclusive
Voir promo
Voir promo
Marisco y pescados frescos
Fruits de mer et poissons frais
Fruits de mer et poissons frais
Voir promo
Voir promo
¿Tienes un golpe en tu coche?
Tu as un coup dans ta voiture?
Tu as un coup dans ta voiture?
Voir promo
Voir promo
Un hogar ideal existe
Un foyer idéal existe
Un foyer idéal existe
Voir promo
Voir promo
Comments System WIDGET PACK
Https://www.laredulin.com//i-fr/protagonistes/si-vas-avec-peur-tu ne-te-mets pas/ia974
acolor.es - Diseño de paginas webbuscaprat.com - Guia comercial de el prat
aColorBuscaprat
S'enregistrer





... ...