“Puntillas Et carajones tout bon!”

 
Diccionario R.A.P. (Real —de realidad— Academia Pejina)
30/09/2020 / Dictionnaire R.À.P. (Réel —de réalité— Académie Pejina)
Par Fernando Baylet

J'ai commencé moyen en plaisanterie. La vérité est que je porte temps recopilando une série de mots (quelques originales, autres importées, autrui simplement mal dites) qu'accompagnent la jerga du jour à jour de Laredo, encore aujourd'hui.

Il y a un peu de de tout: mots de milieu propre; mots mal dites qu'aussi se disent mal dans autres lieux; symptômes et maladies; mots propres des gens du champ ou de la mer; noms peculiares pour désigner quelques choses; animaux; situations; calificativos; concordancias; verbes mal utilisés; malédictions; ou phrases impactantes que même, parfois, y a qu'expliquer.
 
Beaucoup d'ils ne sont pas uniques et exclusives de l'idiosyncrasie laredana (ignore l'origine de quelques et autrui ils aussi s'utilisent dans autres lieux comme ai déjà visé) mais il oui est vérité qu'ils se peuvent écouter à n'importe quel endroit, bar, ou conversation, ici.

J'ai appris les premières dans le collège (celles qui j'aujourd'hui aborderai) et autrui, petit à petit, tout au long de ma vie. je n'ai Jamais pensé que la chose allait donner pour tellement. Il est arrivé un moment en que la collaboration populaire me dépassait (il a ici collaboré beaucoup de gens à celle que je donne des grâces). Il devait viser un mot (pour ne l'oublier pas) et il n'avait pas boli ni papier. Ainsi les choses, j'ai fait appel au mobile que, comme quelqu'un a dit: “bon pour tout moins pour parler parce que lorsque tu es en train de parler, ou tu as besoin de faire un appel urgent, tu te restes sans batterie”. Oui, il envoyait un wasap à un familier ou ami, avec le mot en question pour que ne se m'oubliât pas, avec la correspondante perplexité duquel recevait telle wasap (au moment me répondaient avec quelque chose j'ai pris: “????” #&*).

Arrivés ici, nous aujourd'hui allons seulement aborder quelque terme de ce dictionnaire R. À. P. (Que, je déjà dis, il a beaucoup de termes) et, en concret, quelques mots (ou “formules magiques”) de ces enfants laredanos, de ces jeux de rue ou collège, de cette forme qu'avait d'interpréter la vie, moyennant voix, un enfant laredano.

Avec ce texte, sans plus de prétentions, je reprends à nouveau ma collaboration avec cette revue que, outre entretener, aussi cherche récupérer et conserver cette idiosyncrasie à nous que, avec tellement mondialisation, petit à petit se va diluyendo et en oubliant.

Bien, au thème!

Mon arrivée à ce collège (alors José Antonio, aujourd'hui Villa de la Mer) impliquait comprendre et mimetizarme avec l'environnement, avec ces enfants. Celui-là était un collège d'éducation différente. Oui, uniquement pour des garçons. Ici, je m'ai trébuché avec des mots que dans ma maison ne se disaient pas et, pour ne desentonar et me faire comprendre, il moi aussi les utilisait.

Celui-là est le cas de “apuntería” (par puntería) à l'heure de donner avec réussite une pedrada en la diana choisie. En ce Laredo, avec beaucoup de rues sans asfaltar, y avait tas de pierres par la rue. Pierres qui servaient comme munition pour ces guerres de partis enfantins sans plus de prétexte que revendiquer la supériorité d'un parti sur autrui. Il suffisait pour peu que quelques enfants fussent des élèves de l'École de Pêche (placée dans le Palais de “Les Quatre Témporas” – actuelle Jugé-) et les autres du José Antonio. La guerre de pierres était justifiée et en beaucoup d'occasions tu t'allais pour maison avec un chichón ou une brèche dans la tête. Tout en secret, parce que si s'apprenait le maître, ou tes pères, tu avais les tortas garanties.

Cette “apuntería” aussi servait à l'heure d'autres jeux comme le “tiragomas” ou les canicas. En parlant de canicas, donner un “can” était donner un coup avec une canica à autrui. Il se tirait sur la canica avec les doigts de la main avec intention de frapper à la du contraire. En fait, il y avait une modalité de jeu que s'appelait: “à canes”. Et la prix était en que le premier que frappât la canica du contraire gagnait une autre canica à payer par ce dont canica avait reçu “le can”.

Du jeu des canicas vient le “garrabón” ou “canicón”. Oui, quelqu'un, pour assurer le succès de son jeu, utilisait un rodamiento d'acier ou boule de vase de grande envergure. Cela était un “garrabón”, bien que normalement les canicas étaient de vitre ou vase et… Oui, il aussi y avait canicas grands de vitre, bien que abondaient moins.

Semblé était le jeu des “tôles” ou “chaplones”. Ils s'utilisaient les tôles ou des couronnes des bouteilles pour faire courses ou donner “canes”. Pour les courses (en leur donnant impulsion à coup de doigt) se dessinaient des circuits de tiza dans le sol ou… pouvais aller à la plage et les faire avec sable. Oui, il aussi se jouait ainsi avec les canicas.

Le ne accomplir avec les règles pactisées, faire piège, ou abandonner le départ sans plus, il allait accompagné d'une peine appelée: “Espoliqui”. Peine qui consistait à que tu étais entouré et frappé par les collègues de départ, qui t'infligían une série de coups avec la main, le poing, ou un coup de pied (d'un en un ou de forme collective),à la fois que se prononçait la “formule magique”: “Espoliqui, sabañón, metralleta, plón et canon”.

il aussi y avait une autre “formule magique” à l'heure de sélectionner aux collègues de départ (ou parti de foot),par qui avait l'honneur d'organiser tel ou comme jeu: “Puntillas et carajones…”.

La chose consistait à que il y avait que dire: “Puntillas et carajones tout bon!”. À suite, les deux “capitaines” des équipes à former ils se plaçaient un face à autrui et ils commençaient à donner petits pas (plutôt à placer un pied face à autrui) jusqu'à presque coïncider. D'après il se devançait le premier en mettre son pied disait: Or; le suivant: Argent. Et il ainsi s'allait en devançant. Le premier qu'eût l'occasion de mettre un de ses pieds (le correspondant à l'avance) dans le creux laissé entre les pieds de les deux adversaires devait dire “il monte”, à la fois qu'en le tournant il plaçait son pied dans le creux laissé entre les autres deux pieds confrontés. il ici se disait: “il rentre”. Et tu déjà avais l'honneur de faire ta première élection ou sélection, entre ton groupe d'amis. Et il toujours se commençait par cet envisagé plus habilidoso, clair!

Cette formule était tellement respectée qu'il même se pouvait impugnar l'élection par n'importe quel joueur du départ, en brandissant qu'avant de l'opportune sélection ne s'y avait pas recitado la formule en question: “Puntillas et carajones tout bon!”. Dans ce cas se faisait valoir qu'il était mal faite l'élection parce que nous N'avons pas dit rien! (Il se comprend qu'avant de).

Et nous allons en finissant (il resterait quelque chose plus) en parachevant avec deux mots peculiares: Champignon et Guiñate. Oui, très à nous.

Le mot Champignon se mettait de mode, surtout, lorsqu'un de nous il allait au collège, tout pelado, par le barbier d'alors. Ils te laissaient tellement “pelado” que se disait que tu étais: “Calaverucu” (cour de poil au militaire).

Champignon était sinónimo de “colleja”: coup donné avec la main ouverte en la nuca. Et il y a qu'avoir en compte que ces salles de cours ils étaient de 40 élèves en ayant, chacun, son correspondant droit à donner “le champignon” en question. Quelques plus doux, autres plus fort, ils te laissaient le cogote colorado.

Et nous finissons avec un mot que à moi m'a résulté harto singulier au la découvrir: Guiñate/ “donner guiñate”. Guiñate Était faire novillos; expression populaire qui signifie il s'absenter du collège, bien pour s'aller de promenade ou à jouer. De là à l'enfant que manquait beaucoup à classe ils lui appelassent: “Guiñateru”.

Et avec ceci nous le laisserons par aujourd'hui. il bien est vérité qu'il peut-être y aurait qu'y avoir parlé de “Le Trinchi” , “La Viada”, “Le Marro” ou “Les Cabezones”, mais cela le laisserons pour une autre occasion. je déjà vous dis que j'ai dix pages pleines de “palabros” divers.
 
Partager:  Compartir en FacebookCompartir en TwitterCompartir por correoCompartir en PinterestCompartir en Whatsapp

Boutiques, services et
Commerces Soulignés

Achat à Laredo, aujourd'hui plus que jamais, commerce de proximité
Cargando
Sólo vendemos inmuebles en exclusiva
nous seulement vendons des immeubles en...
nous seulement vendons des immeubles en exclusive
Voir promo
Voir promo
Marisco y pescados frescos
Fruits de mer et poissons frais
Fruits de mer et poissons frais
Voir promo
Voir promo
Un hogar ideal existe
Un foyer idéal existe
Un foyer idéal existe
Voir promo
Voir promo
Organizamos todo tipo de eventos
Nous organisons tout type de...
Nous organisons tout type d'événements
Voir promo
Voir promo
Las mejores marcas en moda
Les meilleures marques en mode
Les meilleures marques en mode
Voir promo
Voir promo
¿Tienes un golpe en tu coche?
Tu as un coup dans ta voiture?
Tu as un coup dans ta voiture?
Voir promo
Voir promo
Comments System WIDGET PACK
Https://www.laredulin.com//i-fr/protagonistes/puntillas-et-carajones-tout-bon/ia1035
acolor.es - Diseño de paginas webbuscaprat.com - Guia comercial de el prat
aColorBuscaprat
S'enregistrer





... ...