​“Le secteur du spectacle est en banqueroute technique”

 
Toni de la Fuente -Empresas de Eventos  y Espectáculos-  
14/09/2020 / Toni de la Source -Entreprises d'Événements  et Spectacles-  

Texte: Javi González
 
Milliers de familles liées au monde de la Culture, les Événements et le Spectacle portent depuis mars dans la digue sèche. Une inactivité qui se traduit en absence de revenus et dettes, avec le risque de disparition pour beaucoup de de ils. L'entreprise laredana De la Source Productions, avec plus de 50 postes de travail directs, capea comme peut le temporel. Son responsable, Toni de la Source, fait appel à que ils se prennent des mesures exceptionnelles pour protéger au secteur, et, par dessus de tout, appelle à que ils se reprennent les programmations qu'ils leur permettent travailler à nouveau. Après se mobiliser à niveau régional le passé jour 10 sous la devise “Le Show doit continuer” , ce prochain jeudi ils reviendront à la charge à Madrid. 

Votre secteur suit confinado
Totalement. Moins pour payer impôts. La desescalada n'est pas arrivé à notre secteur. Et personne nous donne une solution ni il comprend notre problématique. Le Gouvernement n'a pas dit le mot “Interdire”, parce qu'il alors commettrait une série de responsabilités. ils n'interdisent pas rien, mais ils ne font pas rien pour que nous puissions travailler. Nous sommes en le limbo. Ils nous disent que si une Mairie veut faire un spectacle, il peut le faire. Mais ils ne concrétisent pas la façon, ni ils donnent des facilités, avec ce que, à la fin, personne fait rien et nous nous suivons arrêtés. 

En combien vous estimez la chute d'activité?
À niveau national nous serions en train de parler de 95%. C'est-à-dire, je ne crois pas que l'activité qui s'est en faisant dans notre secteur obtenez 5% ce dont était habituel. À l'heure, il peut y avoir quelque événement isolé, avec des mesures restrictivas et totalement subventionné, donc d'une autre forme serait impossible le faire. 

Combien personnes vous êtes affectées?
Nous sommes en train de parler de 700.000 familles en toute l'Espagne.En Cantabrie nous sommes 120 entreprises, avec 1.500 emplois directs. Mais l'impact est beaucoup de majeur. Parce que nous ne parlons pas seulement de l'artiste principal, mais que nous comprenons jusqu'au dernier montador ou technicien de son, illumination, managers, représentantes, musiciens, transporteurs… Sommes beaucoup de gens. Et nous sommes dans une situation dans laquelle personne nous dit rien. Nous voulons que tout le monde sachez que nous sommes en banqueroute technique. Et dessus, à qui nous avons des employés, ils nous sont en touchant par le personnel, nous devons payer la Sécurité sociale et les impôts. Il arrivera un moment en que nous ne puissions pas payer. Il y a beaucoup de gens qu'il a des crédits, leasing, autrui avons fait quelques investissements très forts et nous maintenant sommes presque dans la ruine.

Horrible
Imagine-toi, lorsque tu as une entreprise que, dans mon cas, entre des musiciens et personnel de bureau, nous sommes plus de 50 personnes. Et il ne travaille pas personne. À tous ces gens nous l'avons été en payant jusqu'à avril, jusqu'à l'entrée des ERTEs, à ceux que se sont seulement pu accueillir quelques d'ils. Avec autrui y avait un engagement verbal pour commencer à travailler à partir d'avril, qu'est lorsqu'il arrache la saison forte. Mais ils ne se sont pas porté à effet parce que tu ne peux pas travailler, et tout cela s'est en bas venu. Comme mon cas, tu te trouves à des faisceaux, avec plus ou moins travailleurs et autonomes impliqués. Mais en affrontant situations qui sont très graves. 

Sans des fêtes populaires, en restreignant jaugeags, votre source  de revenus il se vient en bas
Je te vais à mettre l'exemple d'Anaconda. Il est un orchestre avec 22 personnes, que se décalent avec deux trailers, un bus et une fourgonnette. Avec cet orchestre avait signées en mars 76 dates pour toute la saison. Nous, normalement, la tournée ne la prolongeons pas plus de 85 dates. Donc bien. Tous les gens de l'orchestre il est au chômage et il ne se donne pas aucune solution. Nous avions beaucoup de contrat signé  ou convenu verbalement de. Mais à la fin, s'est resté en papier mouillé. Je ne vais pas dire qu'il se paie 100%. Mais ce que ne se peut il pas est abandonner à un corps de métier, et lui laisser à sa chance de n'importe quelle façon, comme sont en train de faire. En Espagne tu vois des manifestations parce qu'une entreprise se ferme avec 500 ouvriers. nous ici sommes en parlant de 700.000 familles. Et il semble que nous ne sommes pas personne. 

(...)
Il est terrible voir ce que ils ont fait avec le secteur du loisir nocturne. Mais au moins, aux boîtes les ferment et ils devront assumer cette responsabilité par les avoir fermé. Dans notre cas, ni ils nous ferment ni ils ne nous ferment pas, mais nous ne pouvons pas faire rien. il n'y a pas rien  legislado, ni prévu. Ils sont en train d'attendre à voir qu'est-ce que il passe. Nous ce que voulons il est qu'autant les Mairies comme les Communautés Autonomes, et principalement le Gouvernement  central,  assument la responsabilité du problème gros que nous avons dessus. Sinon, ceci ne va pas finir bien.

Votre banqueroute serait un dur coup au dynamisme de villages et villes
Il est très clair que nous ne savons pas les conséquences que tout ceci peut porter. Il y a des gens qu'il était dans nos entreprises et que, par la force des choses, il s'est maintenant commencé à consacrer à autres choses. Ils ont trouvé emploi, et cela se traduit en que, lorsqu'il se reprenne il la part, tu puisses te rester je prends et tu n'aies pas ce que tu précises. J'ai des gens qu'il porte avec moi plus de 20 ans en travaillant, tellement musiciens comme techniques. Si demain ceci jette à marcher, pareil ils ont trouvé une autre sortie, et ils peuvent penser, avec raison, que la sécurité qui leur trinque son nouveau travail ils ne l'ont pas dans le monde du spectacle. Parce qu'ils nous ont laissés abandonnés de n'importe quelle façon.

Vous êtes dans une ruelle sans sortie
Je comprends qu'il y ait qu'avoir responsabilité, qu'ils se doivent prendre des mesures pour la prévention de contagios et autres. Mais ils pourraient y avoir des articulés milieux qu'ils nous permissent sobrevivir et résister dans ce moment tellement critique. il n'a pas été j'ai pris. Nous sommes en train de parler de revenus zéro.  Depuis qu'il s'a fini l'État d'Alarme, soi-disant  nous déjà pouvons nous mettre en oeuvre. Mais où nous pouvons travailler?  il ne se permet pas faire des fêtes. Ils pourraient y avoir des habilitées formes pour les pouvoir faire. 

Inexplicable
Il me fait grâce que tu prends un avion, et bon, tu dois porter mascarilla, mais l'avion va à limite. Comme des sardines. Et cela se peut faire, et autres mille choses similaires se peuvent faire, mais une fête, ou un concert, avec les gens assis et en accomplissant les distances n'est pas viable? Il est qu'il n'y a pas par où le prendre. Habiliter ces solutions il nous eût aidés à passer cette mauvaise gorgée. J'insiste en que je comprends la situation et tous nous sommes concernés, mais beaucoup de mairies s'ont en jetant à dire qu'ils vont aider à autres corps de métier…. Et ils nous ont laissés en precario à autrui. 

il n'a pas sens
je non plus vois normal que se ferme l'hôtellerie de nuit, et que personne contrôle qu'il se suive en faisant botellón jusqu'à bien entrée le matin. Surtout lorsque la majeure part de contagios pendant l'été vient de ce type de concentrations. La plupart des gens coïncide en qu'il n'est pas normal. Par ne parler ce dont ils ont fait à Santoña. Leur confinan, mais pour le collège ne sont pas confinados. Les pères, avec bon critère, n'ont pas commandé aux enfants. Regardez vous, il ne veuille pas montrer une normalité où il ne l'y a pas. Ils sont escurriendo le bulto constamment par où veulent. 

Il y avait alternatives à la desprogramación pure et dure
J'il avait signées avec Anaconda deux dates à Lleida en septembre. Et ils m'ont appelés en août pour confirmer si ils pourraient raconter avec l'orchestre. Van à réaliser les événements dedans des protocoles marqués par le Gouvernement. Et au lieu de faire une fête avec bar, sera sans bar, mais l'événement suivra il avance. Celle-ci pourrait y avoir été la règle partout.  Le problème est que rien s'y a legislado à ce sujet, et comme les propres mairies n'avaient pas clair qu'est-ce que faire, ils ont opté par le simple: ne rien faire et ne se compliquer pas la vie. Mais ils nous l'ont compliquée aux autres. Si depuis le Gouvernement se fût mis une réglementation qui eût évité tellement incertitude, et ils eussent appelé à soutenir à notre secteur, ceci se fût résolu. Il y aurait des Commissions de Fêtes que, au ne pouvoir raconter avec certains revenus, n'eussent pas pu faire le je fête. Mais les Mairies qui ont les postes budgétaires de Festejos, que déjà étaient douées, l'eussent pu faire sans des problèmes. 

Ce coup à la culture influera dans la créativité?
Bien sûr. Bien que le coup où nous d'abord l'accusons il est dans la part économique, est clair que va après avoir une dérivée en toute la part culturelle, artistique. Parce que tu l'es en noyant, tu l'es en isolant, tu ne la laisses pas développer. Tu peux être créatif, mais il arrive un moment dans lequel tu dois voir que tu peux le faire viable. Tu peux te garder une idée pour le jour de matin, lorsque les choses améliorez, mais les gens il ne peut pas ajourner et projeter indéfiniment, il précise réaliser les choses. Bien que je suis producteur et organisateur d'événements, je vois à cette compagnie de théâtre,  à ce groupe de musique, à ce auteur-compositeur-interprète, qu'ils voient que la situation est tellement atípica que peuvent finir par lancer l'essuie-mains, et cela fera que la culture se ressente très durement. 

Dans la rue y a des faims de que ils reviennent les événements
Les gens de à pied, au moment où il puisse assister à un événement et amuser, j'ai clair que se va à chavirer 100%. Celle-là est ma vision et l'espoir que j'ai. En connaissant comment nous sommes les espagnols, ce que nous plaît sortir à la rue…. J'attends que tout ceci ne nous influence pas pour changer et dire que demain nous ne sortons pas. Mon espoir est que le public, depuis le premier jour en qu'ils puissent se développer les fêtes, les concerts, les festivals, les théâtres…. Il va très répondre bien. Parce qu'ils logiquement ont transe.

Il est un besoin
il parfois semble que les fêtes des villages sont un plan secondaire. Et il est une erreur. Les gens il a un besoin de ces jours à l'an dans lesquels il se vit ensemble avec les voisins d'une autre façon, il s'habite  et il s'amuse et il se casse avec le jour à jour. Il sert pour evadirse des problèmes quotidiens qu'avons en maison, dans l'affaire, dans la famille. Il est beaucoup mieux qu'assister au psychologue. Et il semble être que cela certaines mairies ils ne le comprennent pas,  ils envisagent que la fête est une dépense superfluo, lorsqu'est bien au contraire. il seulement y a que voir, à Laredo, le dynamisme qu'ils apportent fêtes comme la Bataille de Fleurs, le Débarquement de Carlos V ou le Laredo Ye Yé. Un village comme Laredo habite en grande mesure du tourisme. Commerce, Hôtellerie, et je joins à ils, les Services. Tout il se nourrit d'amener gens, dinamizar le village, que se déclenche la consommation. 

Quel message vous plairait écouter pour maintenir l'espoir? 
Je, par dessus de tout, le premier que désir il est que cette pandemia, ce cauchemar, terminez plus vite.  Mais à court terme je ne vois pas sa fin, et j'alors envisage que le Gouvernement dois nous libérer de payer impôts, étant donné que nous ne pouvons pas facturer rien. Je joins à cela, ils devraient arbitrer des aides similaires à celles que ils s'adoptent devant un malheur, moyennant la déclaration de zone catastrophique. Parce que dans notre monde nous sommes beaucoup de gens, beaucoup de contribuables, ils sont beaucoup de revenus pour l'État, comme pour qu'ils nous laissent jetés dans la rue de n'importe quelle façon. 

Message final
Que les gens soit conscients de notre situation et de que nous sommes tellement nécessaires comme n'importe quel corps de métier. Comme l'hôtellerie, le commerce ou l'industrie. Nous sommes dans une situation dans laquelle nous ne pouvons pas travailler.  Une entreprise a beaucoup de dépenses. Lorsque tu es en train de fonctionner, tu peux avoir moments meilleurs ou pires. Mais avec zéros revenus tu es attaché de mains. Le banc aussitôt te réclame les paiements, et si te pilla avec peu de liquidité, te tombe. Dans la crise du 2008, qu'a été très dure, tous nous avons eu des problèmes, mais tous nous pouvions travailler. Le marché se règle. Si il y a crise, le marge commercial touche le réduire. Il est une situation dure, dans celle qui tu le passes mal, mais tu travailles et tu vas capeando le temporel. Mais maintenant il n'y a pas cela. tu ne peux pas travailler. Celui-là est le thème. 
Partager:  Compartir en FacebookCompartir en TwitterCompartir por correoCompartir en PinterestCompartir en Whatsapp

Boutiques, services et
Commerces Soulignés

Achat à Laredo, aujourd'hui plus que jamais, commerce de proximité
Cargando
Las mejores marcas en moda
Les meilleures marques en mode
Les meilleures marques en mode
Voir promo
Voir promo
¿Tienes un golpe en tu coche?
Tu as un coup dans ta voiture?
Tu as un coup dans ta voiture?
Voir promo
Voir promo
Un hogar ideal existe
Un foyer idéal existe
Un foyer idéal existe
Voir promo
Voir promo
Sólo vendemos inmuebles en exclusiva
nous seulement vendons des immeubles en...
nous seulement vendons des immeubles en exclusive
Voir promo
Voir promo
Marisco y pescados frescos
Fruits de mer et poissons frais
Fruits de mer et poissons frais
Voir promo
Voir promo
Organizamos todo tipo de eventos
Nous organisons tout type de...
Nous organisons tout type d'événements
Voir promo
Voir promo
Comments System WIDGET PACK
Https://www.laredulin.com//i-fr/protagonistes/le-secteur-du-espectaculo-celle-ci-en-banqueroute/ia1010
acolor.es - Diseño de paginas webbuscaprat.com - Guia comercial de el prat
aColorBuscaprat
S'enregistrer





... ...